Sénèque, De la Tranquillité de l’âme.

Sénèque, De la Tranquillité de l’âme

 

INTRODUCTION

Ce traité a été composé entre 49 et 61 ap. J.C. C’est le second ouvrage qu’il dédie à son ami Sérénus. Dans le premier intitulé De la Constance du Sage, il s’agissait de convertir un Sérénus épicurien et réticent aux thèses du stoïcisme et notamment à celle de l’impassibilité du sage. Dans le troisième intitulé Du Loisir, la conversion est acquise. Le traité qui nous occupe une place intermédiaire.  Sérénus est convaincu des vérités théoriques de la doctrine stoïcienne. Mais il ne parvient pas encore à les appliquer dans son existence concrète. Il reste hésitant, flottant en raison de la faiblesse de sa volonté. Il va s’adresser à Sénèque comme à un médecin et va se livrer à un diagnostic sincère des symptômes de son mal. Il appartiendra à Sénèque dans la suite du traité de pratiquer une médecine de l’âme et de prescrire des remèdes à son jeune ami. Ce traité est donc une longue ordonnance médicale en même temps qu’une patiente instruction de l’âme de Sérénus.

Le remède selon Sénèque consiste à lutter contre la maladie de son disciple en l’exhortant à la tranquillitas (euthumia en grec ancien), à la tranquillité de l’âme –confiance, optimisme, bonne humeur) qui correspond à la santé de l’âme et consiste. Puis il fait la liste des moyens indispensables pour atteindre cette tranquillité.

Plan du traité :

Chap. 1 : Description par Sérénus de son mal

Chap. 2 à 6 : Reprise de cette description par Sénèque: l’activité comme remède

Chap. 7 à 17 : Des obstacles qui contrarient la tranquillité de l’âme

  • 7 à 13 : Des obstacles extérieurs
    • Amitiés mal choisies
    • 8/9. Richesses
    • 10/11. La place dans la société
    • 12/13. L’agitation mondaine
  • 14 à 17 : Des obstacles intérieurs
    • L’entêtement
    • 15/16. Attitude pessimiste
    • Manque de simplicité

 

 

 

 

Chapitre I : Description par Sérénus de son mal

 

1/ Le texte de Sénèque commence par une ouverture où un jeune homme s’adresse à Sénèque. Il s’appelle Sérénus. Tout le premier chapitre est consacré à cette ouverture (de la page 126 à 133).

Le ton de Sérénus se caractérise par sa sincérité. Son mot d’ordre : Bas les masques ! « Pourquoi en effet ne te parlerais-je pas aussi franchement qu’à un médecin ? »

Dans quel cadre cette « franchise » peut-elle s’exposer ?

Il entend faire un diagnostic minutieux de la racine de son mal être et il s’adresse à Sénèque comme à un médecin qui devra lui offrir les remèdes pour recouvrer la santé de l’âme.

La sincérité exige la présence de l’ami. En effet devant un ami, je peux « me mettre à nu ». En société, il faut faire « bonne figure », porter un masque, « se dissimuler ». Alors que l’amitié exige que nous montrions notre vrai visage.

Mais cette amitié relie deux hommes d’âges différents. Sérénus est jeune; il est le disciple qui veut éclaircir ses doutes et apaiser ses tourments. Sénèque est l’homme d’âge mûr qui possèderait la sagesse et qui va aider amicalement le jeune homme. Cette relation amicale se double donc d’une relation de maître à disciple. Sénèque va être un éducateur dans ce texte qui entend expliquer comment parvenir à la « tranquillité de l’âme » autrement dit au bonheur.

L’amitié est une condition sine qua non du dialogue et constitue une voie essentielle de la sagesse. Le maître est un miroir qui va me permettre de mieux me connaître moi-même.( Aristote)

D’autre part chez un philosophe comme Epicure, dans sa fameuse Lettre à Ménécée, l’amitié fait partie des « désirs naturels seulement ». Elle est donc indispensable pour acquérir le bonheur. En outre, « on ne philosophe bien qu’entre amis » selon le sage matérialiste.

L’amitié chez Sénèque est une relation masculine. Pour lui, cette relation requiert une forme d’égalité (même si elle reste aussi dissymétrique). En revanche, ente un homme et une femme, la relation est d’emblée inégalitaire. Citons ainsi  De la constance du sage (p. 75) :

« En effet, si chacun de deux sexes apporte une égale contribution à la vie en commun, l’un est né pour obéir, l’autre pour commander. »

2/ « En procédant à une enquête minutieuse, j’ai découvert en moi-même… »

Sérénus explique qu’il s’est livré à un travail d’ « introspection » ce qui veut dire littéralement « regarder à l’intérieur ». En ce sens nous pouvons parler de manière un peu anachronique d’analyse psychologique. Qu’est-ce qui se présente quand je prends le temps de réaliser ce type de recherche ? Il ne s’agit pas pour le jeune homme de faire l’inventaire désordonné de tout ce qui lui passe dans la tête ou dans le cœur. Il entend plutôt dégager des faits psychiques et moraux propres à être analysés avec « minutie ». Celle-ci consiste en deux choses : d’une part c’est séparer les éléments les uns des autres et ensuite on les classe, on les range, on les ordonne.

Cette « enquête » fait aussi penser (là encore de manière anachronique à la démarche réflexive de Descartes dans ces méditations métaphysiques.

On pourrait ici souligner que cette enquête est un préalable au dialogue philosophique avec Sénèque. Sérénus, par le truchement de son enquête, est parvenu à une réelle connaissance de lui-même. Il a identifié un certain nombre de faits qui font obstacle à sa félicité. Sérénus fait preuve d’une certaine maturité pour son âge. Ainsi pouvons-nous ici opposer Sénèque et Platon. Dans les dialogues socratiques (Alcibiade), l’interlocuteur de Socrate vit le plus souvent dans une ignorance qui s’ignore elle-même empêchant celui-ci de faire une « enquête minutieuse » sur lui-même. En réalité Sérénus a déjà été initié aux vérités théoriques de la doctrine stoïcienne dans un précédent traité, De la Constance du sage.

Enfin Sérénus se livre d’abord à une réflexion solitaire sur-lui-même afin de se livrer à un dialogue avec Sénèque.

3/ Sérénus se livre en même temps à une confession. Nous rejoignons ici le thème de la sincérité évoquée au départ de ce commentaire.  Se confesser c’est faire part à son maître, son ami, son médecin des maux et des tourments qui agitent l’âme flottante du disciple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*