Cynisme : apprendre à vivre comme un chien

LE CYNISME

La philosophie cynique est née au 5ème siècle av Jc dans la Grèce antique avec un lointain disciple de Socrate nommé Anthistène.

Le cynisme vient du grec kuon qui signifie « chien ». Plusieurs raisons : d’abord on raconte que  Diogène (le cynique le plus connu) voulait être enterré comme un chien. Une autre tradition souligne qu’il faisait des discours dans le cynosarges. Enfin nous allons voir que le philosophe cynique pratiquait une ironie très mordante à l’égard de tous les « puissants de ce monde ». Le cynique ressemble parfois à une sorte de chien enragé…

Leur idéal : être libre et autosuffisant afin de ne dépendre de personne…

La philosophie cynique est contestataire, rebelle, subversive, jubilatoire. Je vous invite à regarder le tableau de Raphaël, l’école d’Athènes et demandez-vous qui est Diogène…

  • Mépris de la philosophie théorique. Chez les cyniques pas de grands discours abstraits et incompréhensibles. Ils entendent vivre en philosophe de manière concrète.
  • Mépris des conventions sociales et morales : les cyniques considèrent qu’elles sont des choses artificielles qui corrompent les hommes. Ils prônent ainsi un retour à la nature. Par exemple, ils mangeaient dans la rue comme des mendiants, urinaient ou même se masturbaient en public. Ils leur arrivaient d’aboyer comme des chiens. Ils mendiaient… Apprendre à se libérer du regard des autres et se libérer de la vanité.
  • Mépris des biens matériels. Il préconise de vivre le plus simplement possible en satisfaisant uniquement les besoins vitaux. Ainsi, pour les cyniques il faut renoncer aux désirs de pouvoir, de gloire, de richesse et apprendre à vivre avec le minimum de choses : ainsi Diogène vivait-il dans un grand tonneau, vêtu été comme hiver du même manteau, se baladant toujours pieds-nus, mangeant avec une simple écuelle. En se contentant du minimum, je peux plus facilement faire face aux situations difficiles. Surtout apprendre à vivre dans la pauvreté et le dénuement bien mieux que de grands discours est une expérience qui va m’apprendre à être plus fort, plus endurant, et au final plus vertueux.
  • Une fois cette vertu atteinte, le sage cynique est libre de tout attachement car il vit dans l’atuphia –absence de vanité- et l’ataraxie –tranquillité, sérénité-. Il s’agit d’atteindre une forme d’autosuffisance comme le héros Héraclès qui est le modèle des cyniques.
  • Pour conclure, il faut apprendre à vivre comme un chien. Le chien mord, urine, couple n’importe où. Il s’agit pour eux de mettre sans dessous les conventions sociales avons- nous dit plus haut en revenant à la nature qui est considérée comme généreuse et universelle. Ainsi le sage cynique n’appartient-il à aucune société, ne se laisse emprisonné par aucune valeurs morales ou sociales particulières mais se revendique « citoyen du monde ». Cette attitude s’appelle le cosmopolitisme. Ce qui compte ce n’est pas d’être grec, français, égyptien mais d’être un homme ou une femme au sens le plus large du terme.

Pour conclure : Voilà quelques-uns des traits les plus saillants de la philosophie cynique. Je vous parlerais plus particulièrement dans un autre article de Diogène de Sinope qui est le représentant le plus connu du cynisme antique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*