Comment Socrate est-il devenu philosophe ?

Comment Socrate est devenu philosophe ?

L’apologie de Socrate est un texte de Platon qui raconte le procès de Socrate par les Athéniens. On l’accuse de corrompre la jeunesse et d’impiété. Ces accusations sont calomnieuses. Durant ce procès qui a lieu en 399 av JC, Socrate va prendre sa propre défense et il va expliquer comment il est devenu philosophe.

Socrate commence par raconter qu’un de ses amis Chéréphon se rend un jour chez l’oracle de Delphes voir la fameuse Pythie. Précisons qu’au dessus de l’entrée de ce temple est inscrit la phrase célèbre « Connais-toi toi-même ». La Pythie est une prêtresse qui officie pour le dieu Apollon. Elle rend des oracles c’est-à-dire lit l’avenir, ou révèle le passé, en résumé dire la Vérité. On sait qu’elle rendait ses oracles fortement intoxiquée par des fumées sortant du sol. Chéréphon va lui demander « qui est l’homme le plus sage de la Grèce ? ». La Pythie lui répond laconiquement : « Socrate ».

Chéréphon, tout excité, se précipite à Athènes pour annoncer la grande nouvelle à son ami Socrate. Lorsque ce dernier apprend l’oracle il n’en croit pas ses oreilles. Socrate est perplexe : d’une part la Pythie ne se trompe jamais, elle dit toujours la vérité ; et d’autre part Socrate est convaincu en son for intérieur qu’il n’est pas du tout l’homme le plus sage. Donc que va faire Socrate ? Il va mener une enquête. Nous allons voir que cette enquête va prendre la forme de dialogues avec des Athéniens réputés pour leur savoir ou leur science. Il va exercer ses enquêtes sur l’agora (place publique, rues d’Athènes). Il va interroger tous ceux qu’ils croisent et qui ont la réputation de savoir : hommes politiques, médecins, prêtres, artistes, sophistes…

Au terme de ces différents entretiens où le public est de plus en plus nombreux, Socrate arrive à une double conclusion :

Nombre de ces interlocuteurs prétendent savoir des choses. Or après avoir dialogué avec eux, Socrate constate que leur « savoir » n’est pas un vrai savoir. Pour le dire autrement, ils croient savoir alors qu’ils ne savent pas. Ils ignorent leur propre ignorance. Ce qui est la pire des ignorances dans la mesure où ces individus ne se remettent jamais en question, ne critiquent jamais leurs certitudes ou leurs habitudes. Quand on croit savoir, on ne veut pas se mettre en quête de nouveaux savoirs. On ne veut pas progresser.

Mais Socrate arrive à une seconde conclusion : c’est qu’il y a un autre type d’ignorance. Une ignorance « savante » qui se connaîtrait elle-même. Socrate prend conscience que sa « sagesse » c’est de savoir qu’il ne sait rien ! Terminons tout de même en soulignant le fait que le philosophe sait au moins une chose : c’est qu’il ne sait rien. Les sceptiques, quant à eux, ne savent pas qu’ils ne savent pas car pour eux toute forme de savoir est impossible.

Socrate sera condamné à mort. Les haines contre lui sont trop nombreuses et trop farouches. Il sera conduit en prison où il continuera de recevoir ses amis. Ces derniers vont lui proposer de s’évader mais Socrate refuse pour deux raisons : la première c’est qu’il accepte la décision de ces juges en considérant qu’il faut toujours, quelque soit les circonstances obéir à la loi de la Cité. Seconde raison : Socrate n’a pas peur de mourir. Il sera condamné à boire la cigüe et mourra en 399 av JC.

 

Nous retrouvons l’Oracle dans Matrix… Si vous voulez savoir à quoi ressemble la Pythie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*